Menu

Centre d'enseignement de théologie à distance

Philosophie

Rendre compte de ce que l’on croit nécessite une réflexion sur la vie chrétienne.

Ce programme invite d’une part à une rencontre avec les premiers Pères de l’Eglise en dialogue avec la philosophie grecque (Irénée, Grégoire de
Nysse, Origène, Augustin).
D’autre part à une connaissance des principaux courants philosophiques avec lesquels la foi chrétienne a été en dialogue dans l'histoire. Car la foi doit toujours être confrontée au travail de la raison, qui l'a aidée à mieux se dire au fil des siècles.

  • La formation se fera par petits groupes selon une pédagogie efficace d’échanges interactifs avec un accompagnement personnalisé par un philosophe (et théologien) aux heures qui vous conviennent.
  • Vous pouvez suivre indépendamment un ou plusieurs cours (chaque cours s'étend en règle générale sur 5 semaines).

Ces cours constituent entre eux un ensemble cohérent et progressif.

PS : En fonction des circonstances, les dates de début d'un cours pourront être éventuellement modifiées.

Besoin d'aide ?

Théologie

Une relecture et une meilleure compréhension des données fondamentales de la foi chrétienne

Ce programme invite à une relecture et une meilleure compréhension des données fondamentales de la foi chrétienne ; une démarche qui permet d'échanger avec d'autres, soutient la réflexion personnelle et la recherche spirituelle.

  • La formation se fera par petits groupes selon une pédagogie efficace d’échanges interactifs avec un accompagnement personnalisé par un théologien, aux heures qui vous conviennent.
  • Vous pouvez suivre indépendamment un ou plusieurs cours (la plupart des cours s'étendent sur 5 semaines, mais certains cours s'étendent sur 7 semaines (Les grands théologiens du XXe siècle), le cours sur le Mystère chrétien est annuel.
  • Plusieurs cours constituent entre eux un ensemble cohérent et progressif. Ainsi les cours : Dieu présent dans nos vies, Croire en Jésus Christ et La force de l’Esprit saint ; Le Baptême et les Liens entre Baptême et Confirmation ; les deux cours de morale ; les 6 cours d’Histoire de l’Eglise ; les cours sur K. Barth, U. von Balthasar et K. Rahner

PS : En fonction des circonstances, les dates de début d'un cours pourront être éventuellement modifiées.

Les cours

Chaque cours s'étend sur 5 semaines. Il comporte l'envoi de 4 documents, lors de chacune des 4 premières semaines, et une relecture de l'ensemble lors de la 5e semaine. La plupart des cours s'adressent à tout public, sans connaissance préalable nécessaire. Certains cours supposent déjà une première connaissance des textes bibliques (voir chaque cours). Les cours sur les grands théologiens et sur le Mystère chrétien demandent un entretien préalable (par téléphone ou Skype) avec l’animateur.

Besoin d'aide ?

Lire la Bible

Parole de Dieu et paroles d'hommes, la Bible est une parole à lire pour (re)découvrir la vie.

Ce programme invite à une démarche d’acquisition des connaissances sur la Bible, de réflexion personnelle et de recherche spirituelle. Il permet d'entrer dans le grand débat des croyants de tous les temps.

  • La formation se fait par petits groupes selon une pédagogie efficace d’échanges interactifs avec un accompagnement personnalisé par un bibliste, aux heures qui vous conviennent.
  • Vous pouvez suivre indépendamment un ou plusieurs cours (chaque cours s'étend sur 5 semaines).
  • Certains cours sont formés de deux parties, de 5 semaines chacune (Le livre d’Isaïe ; Le livre de Job ; L’évangile selon saint Jean ; Les Actes des Apôtres ; La première lettre de Paul aux Corinthiens ; La lettre aux Romains ; La lettre aux Ephésiens).
  • Enfin, certains cours constituent entre eux un ensemble cohérent, comme les trois cours sur la Genèse ; les trois cours sur les Evangiles selon Marc, Matthieu, Luc ; Les femmes dans l’Ancien Testament, le Nouveau Testament, l’Apocalypse. Il peut être riche et intéressant de les suivre successivement.

PS : En fonction des circonstances, les dates de début d'un cours pourront être éventuellement modifiées.

Les cours

Chaque cours s'étend sur 5 semaines. Il comporte l'envoi de 4 documents, lors de chacune des 4 premières semaines, et une relecture de l'ensemble lors de la 5e semaine. La plupart des cours s'adressent à tout public, sans connaissance préalable nécessaire. Certains cours supposent déjà une première connaissance des textes bibliques (notamment le livre de Job, les cours sur les lettres de Paul).

Besoin d'aide ?

Imprimer le dossier complet

Vous avez la possibilité d'obtenir le dossier complet via notre imprimeur Coolibri.

Télécharger le dossier à imprimer et suivez les instructions sur le site.

Imprimer le dossier

Vous souhaitez inviter un proche à vous rejoindre ? Partager cette invitation afin qu'il puisse connaître le CETAD et vous rejoindre dans cette belle aventure. Vous pouvez inviter de 1 à 4 personnes, il vous suffit de saisir leurs adresses emails dans les champs prévus à cet effet.
Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Votre prénom et nom

Vous pousserez des cris à cause du roi que vous aurez choisi. 

Loynet Liédet, actif entre 1454 et 1483, la bataille de Roosebeke,  in Grandes chroniques de France de Jean Froissart, 1337-1410, BNF

La bataille de Roosebeke

La bataille de Roosebeke, également appelée bataille du Mont d’Or, se déroule en Flandre Occidentale en 1382 opposant les miliciens flamands et le roi de France Charles VI.

Le comte de Flandre est en butte à la révolte des tisserands gantois. L’industrie textile de cette région constitue un des premiers débouchés  de la laine produite par les éleveurs de moutons anglais  et la laine est à cette époque le premier produit d’exportation de l’économie anglaise. Pour faire face aux anglais, Charles VI vint soutenir le comte de Flandre contre les révoltés.

Le combat se solda par une victoire de la France, et le bilan fut très lourd : près de 26 000 morts. 

Cette bataille a servi d’exemple à Charles VI pour lui permettre de mater des rébellions dans diverses villes comme Paris 

Est décrit dans cette enluminure le combat acharné entre les deux armées qui se pressent sous leurs oriflammes respectifs.

En opposition, Au loin, la ville et son château semblent paisibles dans la douce campagne.

Le texte biblique

Lecture du premier livre de Samuel

En ces jours-là,
    tous les anciens d’Israël se réunirent
et vinrent trouver Samuel à Rama.

    Ils lui dirent :
« Tu es devenu vieux,
et tes fils ne marchent pas sur tes traces.

Maintenant donc, établis, pour nous gouverner,
un roi comme en ont toutes les nations. »

    Samuel fut mécontent parce qu’ils avaient dit :
« Donne-nous un roi pour nous gouverner »,
et il se mit à prier le Seigneur.
    Or, le Seigneur lui répondit :
« Écoute la voix du peuple
en tout ce qu’ils te diront.
Ce n’est pas toi qu’ils rejettent,
c’est moi qu’ils rejettent :
ils ne veulent pas que je règne sur eux. »

    Samuel rapporta toutes les paroles du Seigneur
au peuple qui lui demandait un roi.

    Et il dit :
« Tels seront les droits
du roi qui va régner sur vous.

Vos fils, il les prendra,
il les affectera à ses chars et à ses chevaux,
et ils courront devant son char.
    Il les utilisera comme officiers de millier
et comme officiers de cinquante hommes ;
il les fera labourer et moissonner à son profit,
fabriquer ses armes de guerre et les pièces de ses chars.
    Vos filles, il les prendra
pour la préparation de ses parfums,
pour sa cuisine et pour sa boulangerie.
    Les meilleurs de vos champs,
de vos vignes et de vos oliveraies,
il les prendra pour les donner à ses serviteurs.
    Sur vos cultures et vos vignes il prélèvera la dîme,
pour la donner à ses dignitaires et à ses serviteurs.
    Les meilleurs de vos serviteurs, de vos servantes et de vos jeunes gens,
ainsi que vos ânes,
il les prendra et les fera travailler pour lui.
    Sur vos troupeaux, il prélèvera la dîme,
et vous-mêmes deviendrez ses esclaves.

    Ce jour-là, vous pousserez des cris
à cause du roi que vous aurez choisi,
mais, ce jour-là, le Seigneur ne vous répondra pas ! »

    Le peuple refusa d’écouter Samuel et dit :
« Non ! il nous faut un roi !

    Nous serons, nous aussi, comme toutes les nations ;
notre roi nous gouvernera,
il marchera à notre tête et combattra avec nous. »
    Samuel écouta toutes les paroles du peuple
et les répéta aux oreilles du Seigneur.
    Et le Seigneur lui dit :
« Écoute-les, et qu’un roi règne sur eux ! »

(1 S 8, 4-7.10-22a)

Commentaires

Ce texte du livre de Samuel montre que la Bible n’a cessé d’aborder les questions politique de front, et que le débat sur la royauté a perduré longtemps après la disparition du Royaume de Juda.

Ce chapitre 8 du premier livre de Samuel  est un texte certainement tardif, qui suppose une expérience souvent désastreuse de la royauté ; il reflète surtout les conflits qui n’ont cessé d’opposer, tout au long des 8ème et 7ème siècles, les rois et les prophètes qui leur rappellent les exigences du « droit et de la justice ». L’expérience montre bien que le pouvoir corrompt.

Tandis que Samuel a exposé à Dieu le désir populaire d’avoir un souverain, et son propre refus, Dieu consent à donner un roi au peuple. Il s’efface pour laisser les hommes s’investir et prendre leurs responsabilités. Dieu de se désengage pas en disant que cela ne le concerne pas, mais il répond à Samuel qu’il faut écouter la voix du peuple, et le laisser libre de rejeter son Dieu pour «être comme les autres nations », et s’attacher à d’autres dieux. 

La réponse de Dieu est assortie d’un avertissement  exprimé par Samuel, identifiant fermement les menaces qui pèseront désormais sur le peuple.

Le texte ne dit pas quel est le mode de gouvernement idéal, mais s’interroge sur ce que doit être la finalité de l’exercice politique. 

Il est affirmé clairement que le choix du peuple va à l’encontre d’une visée divine : la liberté. La liste de toutes les privations que causera la royauté s’achève par cette prédiction « vous mêmes vous deviendrez esclaves ». Si Dieu a œuvré pour libérer le peuple de la main de Pharaon, ce n’est pas pour que le peuple retombe sous la coupe d’un autre pharaon.

Le peuple veut un roi comme les autres peuples en ont, comme s’il voulait se couler dans un moule, cesser d’être soi-même, renoncer à son originalité et à sa vocation. L’Ecriture au contraire invite à découvrir la vocation personnelle de chacun et à en vivre. 

Dans la perspective de Samuel le champ politique est là pour garantir la liberté des personnes. Sa responsabilité est de veiller à ce que les aspirations personnelles de chacun ne soient pas étouffées par une sorte de pensée unique qui gommerait toutes les différences. 

Mais le peuple n’est pas convaincu par Samuel, il est prêt à sacrifier sa liberté pourvu qu’il soit comme les autres.

Demander un  roi n’est-ce pas trahir l’alliance que Dieu a proposée et qui fait d’Israël son peuple ? N’est-ce pas entraîner tout le peuple dans des aventures folles , dans l’abandon de la foi et de la confiance au Dieu unique ?

L’originalité absolue d’Israël reste cette certitude que Dieu seul est roi, souverain de tous les pouvoirs terrestres qui lui sont subordonnés

Posez-nous votre question
Partagez votre amour

Recevez notre newsletter

Saisissez votre adresse e-mail ci-dessous et abonnez-vous à notre newsletter