Menu

Centre d'enseignement de théologie à distance

Jésus guérit la main desséchée

Jésus guérit la main desséchée, mosaïque de Saint Sauveur in Chora, 14e siècle, Istanbul, Turquie

 

Saint Sauveur in chora

 

L’intérieur de l’église byzantine de saint Sauveur in Chora, transformée en mosquée, est couvert de fresques et de fines mosaïques à fond d’or et qui remontent à l’époque de l’Empire byzantin.

Le narthex intérieur et extérieur représentent de nombreux miracles de la vie du Christ.

Les mouvements gracieux des personnages donnent à leurs représentations une légèreté et une élégance incomparables, par ailleurs soulignées par une coloration fraîche.

Le thème principal de ces mosaïques riches de détails est l’incarnation de Dieu en l’homme et le salut apporté aux êtres humains. 

Jésus guérit la main désséchée


Jésus s’approche, penché avec bienveillance vers le malade;  il tend vers lui sa main droite dont les doigts forment le signe de la bénédiction. De l’autre main, il tient le rouleau de la Parole ; sa tunique bleu sombre est fluide ; il est auréolé.

Trois disciples dernière lui se concertent vivement

Le malade


Le malade tend sa main malade vers Jésus, les yeux baissés, il semble intérioriser le moment .

 

Le texte biblique

Lecture de l’évangile selon Luc (L 6, 6-12)

Un autre jour de sabbat, Jésus était entré dans la synagogue et enseignait. Il y avait là un homme dont la main droite était desséchée.

Les scribes et les pharisiens observaient Jésus pour voir s’il ferait une guérison le jour du sabbat ; ils auraient ainsi un motif pour l’accuser.

Mais lui connaissait leurs raisonnements, et il dit à l’homme qui avait la main desséchée : « Lève-toi, et tiens-toi debout, là au milieu. » L’homme se dressa et se tint debout.

Jésus leur dit : « Je vous le demande : Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal ? de sauver une vie ou de la perdre ? »

Alors, promenant son regard sur eux tous, il dit à l’homme : « Étends la main. » Il le fit, et sa main redevint normale.

 Quant à eux, ils furent remplis de fureur et ils discutaient entre eux sur ce qu’ils feraient à Jésus.

En ces jours-là, Jésus s’en alla dans la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu.

L 6, 6-12

Commentaires

Le repos du sabbat

Le repos du jour du sabbat est une pratique identitaire du judaïsme. Il célèbre le repos du Créateur lors de la Création du monde :  « Souviens-toi du jour du sabbat pour le sanctifier. Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage ; mais le septième jour est le jour du repos, sabbat en l’honneur du Seigneur ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni l’immigré qui est dans ta ville. Car en six jours le Seigneur a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu’ils contiennent, mais il s’est reposé le septième jour. C’est pourquoi le Seigneur a béni le jour du sabbat et l’a sanctifié ». (Ex 20 8-11). 
Il célèbre également la libération du peuple asservi en Egypte : « Observe le jour du sabbat, en le sanctifiant, selon l’ordre du Seigneur ton Dieu : Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage, mais le septième jour est le jour du repos, sabbat en l’honneur du Seigneur ton Dieu. Tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bœuf, ni ton âne, ni aucune de tes bêtes, ni l’immigré qui réside dans ta ville. Ainsi, comme toi-même, ton serviteur et ta servante se reposeront. Tu te souviendras que tu as été esclave au pays d’Égypte, et que le Seigneur ton Dieu t’en a fait sortir à main forte et à bras étendu. C’est pourquoi le Seigneur ton Dieu t’a ordonné de célébrer le jour du sabbat. » (Dt 5, 12-15)

 

L’alliance avec Dieu


Observer le sabbat c’est concrétiser l’alliance avec Dieu.

Jésus ne s’y oppose pas en principe, mai appelle à y réfléchir. Que signifie célébrer l’alliance le jour du sabbat ?

La synagogue


L’épisode de la guérison de l’homme à la main paralysée se situe dans la synagogue, lieu de rencontre entre Dieu et les siens, où Jésus entre pour enseigner.

Les Pharisiens observent Jésus dans le but de le prendre en flagrant délit.

Jésus devine les intentions de ses interlocuteurs et provoque la confrontation en centrant l’attention sur le malade. Il le place « au milieu » et « debout », insiste sur son handicap et son impossibilité de gagner sa vie et ainsi exclu de la société.

C’est l’amour qui fait loi


La question alternative, de faire le bien ou faire le mal, de sauver ou de perdre, faisait débat parmi les Juifs de l’époque. Les disciples de Qumran discutaient pour savoir dans quel cas on était autorisé de porter secours, le jour du sabbat.

Jésus tranche : le besoin de sauver une vie est une urgence. C’est l’amour qui fait loi et non la Loi qui détermine si et quand in faut faire preuve de compassion.

Jésus concrétise sa parole en guérissant le malade.

Au lieu de se réjouir pour le handicapé, les interlocuteurs furieux réfléchissent à ce qu’ils pourraient lui faire.

 

 

 

Partagez votre amour

Recevez notre newsletter

Saisissez votre adresse e-mail ci-dessous et abonnez-vous à notre newsletter